Patrimoine normand

Tapisserie de Bayeux, une conquête permanente

Samedi 9 Juillet 2011
Tapisserie de Bayeux, une conquête permanente

Si la Tapisserie est exceptionnelle et mérite bien toute l'attention que lui a accordé l'Unesco c'est avant tout parce que les tentures datant de l'époque romane sont bien entendu rarissimes. (© Ville de Bayeux)


Frédéric Oblin

Extrait Patrimoine Normand n°78
Par Frédéric Oblin.
 
Jusqu'à la Révolution, conservée dans un coffre en bois à l'étage du « revestiaire », c'est à dire la sacristie, la Tapisserie fait partie intégrante du Trésor de la Cathédrale de Bayeux. Elle est suspendue dans la nef de la cathédrale lors de la fête des reliques qui se déroule au XVe siècle au mois de juillet. (© Frédéric Oblin)
Jusqu'à la Révolution, conservée dans un coffre en bois à l'étage du « revestiaire », c'est à dire la sacristie, la Tapisserie fait partie intégrante du Trésor de la Cathédrale de Bayeux. Elle est suspendue dans la nef de la cathédrale lors de la fête des reliques qui se déroule au XVe siècle au mois de juillet. (© Frédéric Oblin)

Témoin magnifique du XIe siècle, la Tapisserie de Bayeux est entrée timidement dans le XXIe. Pour ses protecteurs, la relance passe par la création d'événements comme l'exposition « Emakimono » et, éventuellement... un nouveau déménagement.

La Tapisserie de Bayeux n'a pas fini de nous surprendre. À l'heure des tablettes numériques et de l'offre touristique et culturelle surabondante, ce morceau de tissu conserve un pouvoir de séduction et d'attractivité quasi intacte. Enfermée dans une vitrine d'exposition blindée , dans une pièce sous-éclairée du rez-de-chaussée de l'ancien Grand séminaire de Bayeux, cette broderie bientôt millénaire réussit le tour de force de figurer dans le Top 5 des sites touristiques calvadosiens. Faisant quasiment jeu égal avec le Mémorial de Caen, musée le plus visité hors Île-de-France en 2007 avec 400 000 visiteurs. En pleine saison, si la météo n'est pas de la partie, plus de 5 000 visiteurs peuvent s'y presser en un week-end.

 

les mannequins de cire ne reviendront pas

Pourquoi ? Cette vieille dame qui a traversé les siècles et survécu à tous les périls (lire par ailleurs), ne peut demeurer bien longtemps sans faire parler d'elle. Inerte, elle inspire, insuffle, crée, provoque des rencontres. On la croit oubliée, le père de l'animation japonaise se penche sur elle et fait naître une exposition d'intérêt national (Emakimono). On la dit endormie, un des meilleurs conteurs historiques lui dédie une bande-dessinée (1066, de Patrick Weber et Emanuele Tenderini, aux éditions Lombard). Dans le plus grand secret, d'importantes personnalités, parfois même des membres de familles royales européennes, demandent à la visiter.

« Mais tout cela reste très fragile », coupe Loïc Jamin, maire-adjoint en charge de la promotion de la ville de Bayeux. « La Tapisserie est dans ces murs depuis 1983. Au début des années 90, nous pouvions aisément compter sur 400 000 entrées annuelles. Nous avons même accueilli 500 000 visiteurs en 1994. Aujourd'hui, nous essayons péniblement d'atteindre la barre des 380 000. Il ne faut pas se voiler la face, la porte d'entrée touristique du Bessin demeure le Débarquement, à 85%. Une fois sur pla..

 

Il vous reste 90 % de cet article à lire.




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023
Patrimoine normand