Patrimoine normand

Quand Claude Monet peignait à Sainte-Adresse

Mardi 20 Décembre 2022
Quand Claude Monet peignait à Sainte-Adresse

Panneau didactique. Terrasse à Sainte-Adresse. (© Stéphane William Gondoin)


Stéphane William Gondoin

Extrait Patrimoine Normand n°124
Par Stéphane William Gondoin.
 
Claude Monet (1840-1926), Rue à Sainte-Adresse, huile sur toile, 80 × 59.2 cm, 1866-1867. (© Image courtesy Clark Art Institute – clarkart.edu)
Claude Monet (1840-1926), Rue à Sainte-Adresse, huile sur toile, 80 × 59.2 cm, 1866-1867. (© Image courtesy Clark Art Institute – clarkart.edu)

Avant de poser définitivement ses valises à Giverny et de se consacrer à aménager son célèbre jardin et à le peindre sous tous les angles, le maître impressionniste aimait à poser son chevalet au gré de ses errances, volontaires ou forcées. Ses déboires financiers le contraignirent notamment, en 1866, à gagner Sainte-Adresse où ses parents possédaient une propriété.

À l’exception d’une poignée d’artistes adossés à une solide fortune familiale, tels Gustave Flaubert, Gustave Caillebotte ou Frédéric Bazille, la plupart de ceux qui désirent se consacrer pleinement à un art, quel qu’il soit, connaissent des périodes de doute liées à leur précarité financière. Certes extrême, le cas de Vincent Van Gogh est emblématique de la misère endémique sévissant dans les milieux créatifs de la fin du XIXe siècle. De son vivant, on ne vendit qu’une seule de ses toiles, La vigne rouge1, quelques mois à peine avant qu’il se tire une balle dans la poitrine et s’en aille agoniser au fond de son gourbi de l’auberge Ravoux, à Auvers-sur-Oise. Si Claude Monet ne connut heureusement pas la fin tragique des trop nombreux « artistes maudits », il eut néanmoins à surmonter bien des vicissitudes et ne rencontra le succès, avec l’aisance monétaire qui l’accompagne, qu’en atteignant la cinquantaine.
 

Du talent à revendre… Mais les poches percées…

Né en 1840, Monet est, à l’automne 1866, encore loin de l’apogée de sa carrière. Il réside alors à Ville-d’Avray, travaillant la journée dans l’atelier situé dans le quartier des Batignolles (17e arrondissement) que son ami Frédéric Bazille partage avec Pierre-Auguste Renoir. Sur le plan personnel, il entre...

 

Il vous reste 84 % de cet article à lire.


1) Achetée à l’époque 400 francs, elle appartient aujourd’hui au musée Pouchkine de Moscou, et sa valeur est estimée à des dizaines de millions d’euros...


Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023
Patrimoine normand