Patrimoine Normand magazine

 

L’écho cristallin de la Bresle

Jeudi 31 Janvier 2008
L’écho cristallin de la Bresle

À gauche : le maître-verrier vient de « cueillir » le verre incandescent ; à droite : le maître-verrier souffle dans sa canne pour modeler le verre en fusion. (Photos Alexandre Vernon © Patrimoine Normand.)


Extrait Patrimoine Normand n°31.
Par Alexandre Vernon.

 
 La Bresle aux eaux miroitantes. D’un côté la Normandie, de l’autre la Picardie. (Photo Alexandre Vernon © Patrimoine Normand.)
La Bresle aux eaux miroitantes. D’un côté la Normandie, de l’autre la Picardie. (Photo Alexandre Vernon © Patrimoine Normand.)

Dans les eaux de la Bresle, petite rivière limpide comme le cristal qui marque la limite nord de la Normandie en se jetant dans la Manche au Tréport, un paysage agreste et romantique se mire avec extase. Et ses cascatelles tintent en harmonie tout le long de cette vallée bénie des dieux qui a vu fleurir dans ses forêts profondes, et ce depuis l’antiquité, toute une activité prospère autour du verre.

En suivant « la route du verre », d’Aumale au Tréport, on se rend compte combien le verre tient une place importante dans l’économie de la région. Non pas le verre ordinaire, dit verre à plat, transparent, que l’on fabriquait jadis, mais le verre de luxe que de véritables artistes créent, pour la parfumerie en particulier ainsi que pour tout autre objet de décoration : luminaires, vases, etc. Le verre, tout un savoir-faire, toute une technique, et pourtant apparemment quoi de plus simple : du sable pour la silice, de la fougère ou au besoin du va­rech pour la potasse, et du bois pour chauffer les fours. On avait tout cela, et en abondance dans la forêt d’Eu au Moyen Âge sur la rive gauche de la Bresle. C’est pour cela que le verre s’y est développé avec tant de bonheur, avec ses secrets transmis de génération en génération, dans cet esprit de conquête qui, depuis toujours, pousse l’homme à transformer le vil métal en la matière la plus pure !
 

Le verre de la Bresle, une réputation mondiale

Dès le XVe siècle, les comtes d’Eu comprirent la nécessité du verre et permirent alors le développement de l’activité verrière. De cette époque lointaine reste aujourd’hui une usine en plein essor : la verrerie du Courval qui fut fondée en 1623 avec la bénédiction de Catherine de Clèves. Les verreries de la Bresle étaient réputées bien au-delà de la Normandie, notamment avec Philippe de Coqueray qui fut le premier gentilhomme autorisé à établir une verrerie dans la forêt d’Eu, et avec des pionniers comme Richard Brossard, Levaillant, de Bongars. Au XVIIe siècle, la Grande Mademoiselle obtient du roi Louis XIV par lettres patentes la confirmation du privilège des Comtes d’Eu d’établir des verreries en forêt au profit de qui ils voulaient. On retrouvait pas moins de dix verreries fonctionnant au début du XIXe siècle dont 4 verreries à plat, une verrerie à bouteilles (celle-là même qui s’exila ensuite au Havre), quatre verreries à cristaux : Le Courval, Saint-Riquier, Val d’Aulnoy et Ro...

 

Il vous reste 89 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand
 

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
 
 
  
 

 

 
EN KIOSQUE
Patrimoine-Normand n117

N°117
Avril-Mai-Juin 2021

 Et profitez d'une offre 
 exceptionnelle 

-27%

4 numéros

29
au lieu de 40,00€



DERNIERS ARTICLES

à Paraître


LIBRAIRIE NORMANDE

 

ÉVÉNEMENTS

Dernière Vidéo

Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 bas