Patrimoine Normand magazine

 

Les toiles de Hambye

Jeudi 31 Janvier 2008
Les toiles de Hambye

Bandeau festonné de façade, à fond noir.?À?noter les assemblages de toiles avant peinture.?(Photo Musée de Normandie, Eddy Voisin/Studio Harmonie.)


Extrait Patrimoine Normand n°41.
Par Jean-Xavier de Saint-Jores.

 
Toile à fond noir à motif central.?Il s’agit d’un ciel de lit présenté dans toute sa largeur.?(Collection privée.)Toile à fond noir à motif central.?Il s’agit d’un ciel de lit présenté dans toute sa largeur.?(Collection privée.)

Parmi les différentes productions dites aujourd’hui « d’art populaire » que pouvait compter le département de la Manche au début du XIXe siècle, les toiles peintes d’Hambye restent fort mal connues du fait de leur rareté et du peu d’intérêt qu’elles ont suscitées auprès des auteurs, vraisemblablement par manque de données. Essayons de cerner globalement cette production réservée exclusivement à l’ameublement, dont seuls quelques exemplaires sont visibles dans certains musées bas-normands.

Les sources documentaires

À priori, seuls trois auteurs du centre Manche se sont intéressés au sujet en publiant de courts articles destinés à paraître dans les comptes rendus de sociétés savantes, ou plus récemment dans une publication de vulgarisation sur le Cotentin.

Le premier, Jean Seguin, archiviste secrétaire de la Société d’Archéologie d’Avranches, publie en 1938 dans « Arts Populaires » un article intitulé « Tentures de lits en draps peints », et fonde ses écrits sur sa rencontre avec une demoiselle Jourdan, arrière petite-fille de l’illustre peintre manchois. Le second, l’incontournable Docteur Stephen-Chauvet, dans sa « Normandie ancestrale », traite aussi du sujet, sans approfondir pour autant, reprenant en partie le texte de J. Seguin. Il faudra attendre 1977 pour qu’un article que l’on doit à E. Beck (Le Cotentin), apporte un nouveau regard sur l’utilisation de ces toiles et leur registre décoratif, à partir de la collection de tentures exposées à l’abbaye d’Hambye.
 

Les origines

Si l’on en croit Jean Seguin, qui a rencontré l’arrière petite-fille du peintre, il semble que ces toiles ne soient principalement l’œuvre que d’une seule famille d’Hambye, les Jourdan, qui était composée de quatre enfants, Arsène, José...

 

Il vous reste 91 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
 
 
  
 

 

Dernière Vidéo

Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 bas