Patrimoine normand

 

Charlotte Corday

Samedi 25 Septembre 2021
Charlotte Corday

Charlotte Corday venant d’assassiner Marat dans sa baignoire. Huile sur toile, vers 1793. (© Paris musées - Musée Carnavalet - www.parismusees.paris.fr - Domaine public)


Bertrand Pâris

Extrait Patrimoine Normand n°119
Par Bertrand Pâris

 
Dernier vestige important de l’abbaye Saint-Martin de Troarn, dont Alexandrine de Forbin devait devenir chanoinesse. (© Stéphane William Gondoin)
Dernier vestige important de l’abbaye Saint-Martin de Troarn, dont Alexandrine de Forbin devait devenir chanoinesse.
(© Stéphane William Gondoin)

« Une femme étonnante ne consultant que son courage est venue donner la mort à l’apôtre du meurtre et du brigandage, elle mérite l’admiration de l’univers. Mais faute de bien connaître l’état des choses, elle a mal choisi son temps et sa victime ».1

Nous avions laissé Charlotte le 9 juillet 1793 montant dans la diligence pour Paris. Mais revenons un peu en arrière. Alexandrine de Forbin, son amie d’enfance, est privée du traitement qui lui est dû en sa qualité de chanoinesse de Troarn, et ce depuis la fermeture des établissements religieux. Elle demande à Charlotte de tenter une intervention. Mais pour cela, il faut une introduction à la Convention. Charlotte entretient, certes, des relations presque amicales avec Bougon-Longrais, dont l’influence peut être utile au plan local ; mais ce n'est pas cet ancien secrétaire général du département en 1790, devenu procureur général syndic du Calvados, qui peut lui ouvrir des portes à Paris, et ce d’autant qu’il a pris part aux arrêtés insurrectionnels de l’assemblée, constituée le 9 juin par la fusion des autorités du département, du district et de la ville de Caen. Seize Girondins proscrits le 2 juin se sont réfugiés à Caen, parmi lesquels Buzot, Barbaroux2, Pétion, Louvet. Ils s’installent dans les différents hôtels de la ville et se réunissent rue des Carmes, à l’hôtel de l'Intendance, à quelques dizaines de mètres de la rue Saint-Jean où habite Charlotte. Le 7 juin donc, l'insurrection fédéraliste est votée par les assemblées locales. Une semaine plus tard, les Girondins décident la levée d'une armée de 4 000 hommes en vue de marcher sur Paris ; le recru...
 


1) Appel de Madame Roland en prison, bibl. mun. de Versailles, fonds Vatel n°267.
2) Marseillais, député des Bouches-du-Rhône à la Convention, Barbaroux est un Girondin, ami des Roland. Il sera guillotiné à Bordeaux le 25 juin 1794.


Il vous reste 94 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 Patrimoine normand