Patrimoine normand

Dans les marais du Cotentin avec Barbey d’Aurevilly

Jeudi 31 Janvier 2008
Dans les marais du Cotentin avec Barbey d’Aurevilly

La Douve à Rauville. (Photo Thierry Georges Leprévost © Patrimoine Normand)


Thierry Georges Leprévost

Extrait Patrimoine Normand n°57
Par Thierry Georges Leprévost.

 
Buste de Jules Barbey d’Aurevilly par Rodin. a Saint-Sauveur le Vicomte. (Photo Thierry Georges Leprévost © Patrimoine Normand)
Buste de Jules Barbey d’Aurevilly par Rodin. a Saint-Sauveur le Vicomte. (Photo Thierry Georges Leprévost © Patrimoine Normand)

Avez-vous jamais, vous qui lisez ces pages, voyagé à travers ces marais du Cotentin qui sont assez vastes pour que seulement les traverser puisse vous paraître un voyage ? Le plus parisien de nos auteurs normands n’a jamais renié ses origines cotentinaises. Bien au contraire, le célèbre dandy a toujours fait de son pays sa principale source d’inspiration. Né à Saint-Sauveur-le-Vicomte, comment eût-il pu négliger la réalité géographique de son environnement ? De la Vire à la Douve, de la baie des Veys à la lande de Lessay, les marais hantent son œuvre romanesque. Un prêtre marié, L’Ensorcelée, Ce qui ne meurt pas en ont gardé l’empreinte indélébile. Errance littéraire sur le réseau paludéen du Cotentin.

Les fièvres aux portes de Saint-Sauveur

C’était dans les premières années de son ministère. Une maladie du caractère typhoïde le plus effrayant, sortie de ces fondrières, incessamment crevées et remuées par le pied des bestiaux, dans les marais qui bordent la Douve – une espèce de peste à laquelle les médecins de la contrée ne surent même pas donner de nom, tomba sur Salsouëf, la plus pauvre et la plus chétive paroisse qui soit accroupie dans la vase de ces marécages, si beaux à l’œil, de loin, dans leur verte étendue ; si mortels, de près, dans leurs miasmes putrides – vaste émeraude, à travers laquelle suinte un poison ! Tout le temps que durèrent les ravages de cette épouvantable maladie, qui traça pendant bien des mois, entre Salsouëf et les autres localités voisines, l’invisible cordon sanitaire de la peur, non seulement l’abbé Méautis assista les mourants, mais il finit par ensevelir les morts, car dans ce pays, qui aime l’argent pourtant et qui a du courage, on ne trouva bientôt plus, pour de l’argent, des ensevelisseurs.

Un prêtre marié, (chapitre XXI)

Nulle complaisance dans cette description, tant du marécage aux portes de son village natal, que de la mentalité de ses contemporains ! À l’occasion, Barbey sait faire œuvre d’historien, froid observateur de la réalité. Il est vrai qu’il est aussi journaliste, rompu à un métier de médiation qui pourtant à Paris le porte plus volontiers sur des articles d’opinion qu’à de simples relations de faits… Sur les cartes d’aujourd’hui, Salsouëf est devenu Selsoif, hameau résidentiel proche de Saint-Sauveur dans les marais de Rauville-la-Place, qui n’ont plus rien de pestilentiel, heureusement pour leurs habitants, mais dont les abords ont conservé la sau...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand