Patrimoine normand

Reine des Flots - La Vaquelotte du Cotentin

31/1/2008
Reine des Flots - La Vaquelotte du Cotentin

La Reine des Flots en attente ; derrière elle, la flottille de vieux gréements du Comité des Amis du Patrimoine et de l’Animation Côtière (CAPAC) . (Photo Thierry Georges Leprévost © Patrimoine Normand)


Thierry Georges Leprévost

Extrait Patrimoine Normand n°64
Par Thierry Georges Leprévost.
 
Navigation à la godille dans le port de Dives, comme au bon vieux temps de la marine à voile ! (Photo Thierry Georges Leprévost © Patrimoine Normand)
Navigation à la godille dans le port de Dives, comme au bon vieux temps de la marine à voile ! (Photo Thierry Georges Leprévost © Patrimoine Normand)

Le 15 septembre, à l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine, Dives-sur-Mer a procédé au lancement de la Reine des Flots, une vaquelotte du nord Cotentin inaugurée pour la première fois à Saint-Vaast-la-Hougue voici 80 ans. Une spectaculaire résurrection.

C’est en effet en 1927 que Marcel Ménard, un pa­tron pêcheur de Cosqueville, village situé au nord de Saint-Pierre-Église dans le Val de Sai­re, passe commande aux chantiers Bernard à Saint-Vaast-la-Hougue, d’un petit bateau dit canot à bourcet, plus communément appelé vaquelotte depuis 1880. Les raisons pour lesquelles cette dernière dénomination a été admise par l’administration ma­ritime demeurent obscures, tout comme l’origine même du mot ; toujours est-il que désormais les gens du Cotentin n’en utilisent pas d’autre pour désigner ce type d’embarcation, pourvue de trois voiles : deux petites, le foc à l’avant et le « tape-cul » à l’arrière, et une grand-voile dite bourcet sur le mât de misaine. Le bourcet est une « voile au tiers, voile trapézoïdale suspendue au mât par un point pris au tiers de son envergure », pour reprendre sa définition par Émile Littré.

Charles, le fils de M. Ménard, naît la même année que le bateau ; ce dernier sera baptisé Reine des Flots. Un nom bien porté ; son bois est de première qualité, ses bordages sont ajustés sans calfatage à l’origine, ce qui implique une extrême méticulosité de la part des charpentiers de marine. On la destine au prélèvement habituel sur cette partie de la côte, entre Fermanville et Saint-Vaast, particulièrement pourvue en rochers : la pêche aux crustacés, jusqu’à 6 ou 8 milles au large, sans lui interdire pour autant d’autres activités telles que le chalutage. Ce bateau très marin est parfaitement apte à traverser la Man­che, ce qui n’est pas pour nous surprendre quand on con­naît la tradition maritime du Cotentin depuis Guillaume le Conquérant ! La Reine des Flots navigue à la voile pendant vingt ans, avec un ou deux hommes à bord, et n’est motorisée qu’en 1947. Sa ca...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.

 


Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand