Patrimoine normand

L'abbaye de Cerisy

L'abbaye de Cerisy

Abbaye de Cerisy-la-Forêt. En tournant le dos à la forêt, c’est là le plus beau point de vue sur l’église abbatiale : l’abside et le transept. L’abside romane comporte trois étages de fenêtres, disposition unique en Normandie. Elle est due principalement à un chœur sans déambulatoire. Cette abside a été renforcée au XIVsiècle, la voûte romane, effondrée, commençait à amener des désordres dans cette construction alors contre-butée par ces puissants contreforts. Quelques fe­nêtres hautes ont été modifiées en style gothique. Cette abside s’appuie sur le massif rectangulaire du chœur dominé par un pignon et deux clochetons refaits au XIVsiècle. Ce chœur rectangulaire est flanqué, comme à Saint-Nicolas de Caen et à Saint-Gabriel, de deux collatéraux voûtés d’arêtes et longs de deux travées. Celui que nous voyons ici a été repercé au XIVe siècle d’une grande verrière gothique au rez-de-chaussée. La fenêtre d’origine devait être identique à celle de l’étage et celle du côté. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)


Georges Bernage

Extrait Patrimoine Normand n°65
Par Georges Bernage.
 
Abbaye de Cerisy-la-Forêt. À l’intérieur, la magnifique abside capte tous les regards. Avec ses quinze fenêtres romanes sur trois niveaux et ses coursières aux deux niveaux supérieurs, elle est unique. Les absides de Saint-Nicolas de Caen et de Saint-Gabriel sont édifiées suivant le même principe (sans collatéral) mais à une plus petite échelle. Le mur de l’abside est largement percé par ces quinze fenêtres, prodiguant une lumière abondante. Le mur de l’abside est en outre évidé par des coursières aux premier et second étages. À la hauteur du premier étage, les culots supportant l’arc de gloire, ajoutés à l’époque gothique, représentent des moines chantant et jouant d’instruments divers, ainsi que des anges. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)
Abbaye de Cerisy-la-Forêt. À l’intérieur, la magnifique abside capte tous les regards. Avec ses quinze fenêtres romanes sur trois niveaux et ses coursières aux deux niveaux supérieurs, elle est unique. Les absides de Saint-Nicolas de Caen et de Saint-Gabriel sont édifiées suivant le même principe (sans collatéral) mais à une plus petite échelle. Le mur de l’abside est largement percé par ces quinze fenêtres, prodiguant une lumière abondante. Le mur de l’abside est en outre évidé par des coursières aux premier et second étages. À la hauteur du premier étage, les culots supportant l’arc de gloire, ajoutés à l’époque gothique, représentent des moines chantant et jouant d’instruments divers, ainsi que des anges. (Photo Rodolphe Corbin © Patrimoine Normand)

Parmi les nombreuses abbayes qui enrichissent le patrimoine de la Normandie, Cerisy est l’une des plus belles, magnifiquement dressée à l’orée de la forêt.

Arrivez à Cerisy en venant de Bayeux, par la forêt de Balleroy, ma­gnifique hêtraie, l’une des plus belles de Normandie, jusqu’au carrefour de l’Embranchement où la forêt devient celle de Cerisy. En sortant du couvert forestier, la magnifique abside romane surgit au milieu des prairies, intemporelle. De ce côté rien ne sem­ble avoir changé depuis neuf siècles. Mais il faut remonter encore plus loin, au début du VIe siècle, hanté par le légendaire, pour retrouver le fondement sacré du lieu. À cette époque, Volusien, un grand propriétaire terrien de Cerisy1, d’origine gallo-romaine, est confronté à « un horrible serpent qui y causait de grands ravages »2. Il fait alors appel à Vigor, vers 510, encore ermite à Reviers, qui fait tomber le serpent par terre « en imprimant sur lui le signe de la croix », lui attache son étole au cou et le met entre les mains de son fidèle Theodemir qui va le noyer dans la Drôme qui prend sa source à proximité dans la forêt, avant de se diriger vers Bayeux. Pour le remercier, Volusien, qui était ami ou fils d’un ami de Sidoine Apollinaire, donne à Vigor la terre de Cerisy avec vingt-cinq villages (ou fermes), probablement après qu’il soit devenu évêque de Bayeux, après 514. Il va établir là un premier établissement religieux qui sera abandonné et ruiné suite aux raids vikings, vers la fin du IXe siècle. Toute la région qui avait été christianisée retourne au paganisme. Mais les Normands, Vikings sé­dentarisés, principalement les comtes de Rouen, à partir de la constitution de la Normandie en 911 (le Bessin lui étant rattaché en 924 et le Cotentin en 933), regagnent progressivement ces régions au christianisme.

Le 12 novembre 1032, cinq siècles après la première fondation, le duc Robert le Magnifique, père de Guillaume le Conquérant, établit ou rétablit une abbaye à Cerisy, importante étape de la reconquête religieuse de la Normandie occidentale. À partir de cette nou­velle fondation, va être édifiée une magnifique église abbatiale. Des reliques y sont amenées très tôt pour renforcer l’importance du nouvel établissement. Guillaume le Conquérant lui fait don en 1048 d’un os du bras droit de Saint Vigor, l’église étant sous le patro...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.


1) Septième évêque de Bayeux décédé le 19 juin janvier 513. Il est le saint patron d’une paroisse au nord de Caen.
2) C’est le point le plus élevé de Bayeux, où se dresse d’ailleurs le château d’eau, c’est toujours le nom d’un quartier - celui du mont Phaunus - et c’est à proximité qu’est édifié le prieuré Saint-Vigor.

 


Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand