Patrimoine normand

Aristide Briand à Cocherel

Lundi 11 Juillet 2011
Aristide Briand à Cocherel

Au premier plan : Statue en bronze de Aristide Briand à entrée du pont de Cocherel et tombe de granit d’Aristide Briand au cimétière de Cocherel ; En arrière plan :  « La Cailleterie » ferme importante en allant vers Houlbec ayant appartenu à Aristide Briand. (© Patrimoine Normand)

MICHEL DE DECKER - HISTOIRE DE LA NORMANDIE.


Michel de Decker

Extrait Patrimoine Normand n°78
Par Michel de Decker.
 

Cocherel, Juillet de 1932.

Curieusement, l’Eure prend sa source dans l’Orne ! À Marchainville, près de Longny-au-Perche, précisément. Après 229 kilomètres de périple, non dénué de beaux méandres, il faut le reconnaître, elle vient s’engloutir dans la Seine à Martot, tout-à-côté de Pont-de-l’Arche. Quelques lieues avant de mêler ses petits flots nerveux à ceux du grand fleuve, elle traverse le ravissant village de Cocherel où elle coule alors au pied de la tombe d’Aristide Briand.

Aristide Briand ! Quand on pense que cet homme-là a été onze fois président du Conseil et vingt fois ministre !

Nantais d’origine, c’est en 1908 qu’il découvre la Normandie. Cette année-là, un de ses amis parisiens, qui possède une résidence à Gaillon, l’invite à une partie de chasse dans les bois d’Houlbec. Briand, qui est alors Garde des Sceaux, accepte. Il est anticlérical, certes, mais cela ne l’empêche pas d’adorer saint Hubert ! Mais il se perd dans la forêt, le ministre de la Justice ! Alors, il a l’idée de suivre un chemin qui va mener ses pas jusqu’au village de Cocherel. Là, il s’installe à la terrasse d’un bistrot où la patronne lui sert un succulent en-cas ; il trouve que les bords de la rivière sont magnifiques, et il n’est pas long à prendre sa décision : « Je vais m'installer ici ! »

Au vrai, à la fin de sa vie, devenu un véritable gentleman-farmer, il y possédera quatre propriétés, baptisées de vieux noms paysans aux doux bruissements d’ailes : les Hulottes, la Chebuette, la Cailleterie et la Ramière. Il y possèdera des dizaines d’hectares et des centaines de moutons, d’oies et de pommiers.

- Ce que j’ai fait de mieux dans ma vie, avoua un jour Aristide Briand, c’est d’avoir décidé plus de trente cultivateurs de Cocherel et d’Hardencourt à troquer des lopins de terre avec moi, ce qui m’a permis de constituer un do...

 

Il vous reste 84 % de cet article à lire.




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022
Patrimoine normand