Patrimoine normand

 

Richard Cœur de Lion - Le « pèlerin d’outre-mer »

Lundi 27 Septembre 2021
Richard Cœur de Lion - Le « pèlerin d’outre-mer »

Richard Cœur de Lion quittant la Terre sainte. Illustration d’Alphonse de Neuville (1835-1885) pour L’histoire de France racontée à mes petits-enfants, par François Guizot en 1875. (© Coll. Stéphane William Gondoin)


Stéphane William Gondoin

Extrait Patrimoine Normand n°119
Par Stéphane William Gondoin.

 
Croisés devant Jérusalem. Huile sur toile de Wilhelm von Haulbach.  (Collection de Catharine Lorillard Wolfe, legs de Catharine Lorillard Wolfe, 1887. © The Metropolitan Museum of Art - Domaine public – metmuseum.org)
Croisés devant Jérusalem. Huile sur toile de Wilhelm von Haulbach.  
(Collection de Catharine Lorillard Wolfe, legs de Catharine Lorillard Wolfe, 1887. © The Metropolitan Museum of Art - Domaine public – metmuseum.org)

Voici donc Richard à la tête de l’immense héritage de ses père et mère. Sa priorité consiste maintenant à gagner l’Angleterre pour s’y faire sacrer roi. Il doit ensuite mettre en ordre ses domaines afin de garantir leur sécurité durant la longue absence qui s’annonce. Car contrairement au défunt Henri II, le « Cœur de Lion » entend bien honorer sa promesse et rejoindre la Terre sainte pour y croiser le fer avec le redoutable Saladin.

­­L’une des premières décisions de Richard consiste à rendre la liberté à Aliénor d’Aquitaine, retenue prisonnière depuis quinze ans par son terrible époux. Il prend ensuite la direction de Rouen, où on lui remet le 20 juillet 1189 les attributs du pouvoir ducal. Certains soutiens de son père tremblent à l’idée de sa vengeance, mais Richard fait preuve de clémence à l’égard de la plupart d’entre eux. Guillaume le Maréchal, qui l’avait on s’en souvient humilié, est pardonné et reçoit la main de la riche héritière que lui avait promise Henri… sans jamais la lui donner ! Quelques autres en revanche, subissent ses foudres et doivent racheter liberté ou retour en grâce à prix d’or, à l’image du sénéchal d’Anjou, Étienne de Marsai. Il se montre par ailleurs généreux à l’égard de Jean, son cadet, auquel il cède plusieurs comtés. Il élargit aussi le douaire de sa mère et la place à la tête d’un conseil de ré...


Il vous reste 94 % de cet article à lire.


 

Dossier « Richard Cœur de Lion » (18 pages) :

 



Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

 

Pratique

  • Plan du site - Mentions légales - Publicité
  •  
  • Le magazine Patrimoine Normand
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © Patrimone Normand 2010 - 2020
  •  
  • CONTACT
  • PAR COURRIEL
  • STANDARD : 02 31 79 11 77
  • PATRIMOINE NORMAND
  • LES 3 COURS
  • 14220, LES MOUTIERS-EN-CINGLAIS 
 Patrimoine normand