Patrimoine normand

Jean-François Millet & le Veau dédaigné…

Samedi 25 Décembre 2021
Jean-François Millet & le Veau dédaigné…

Des Paysans rapportent à leur maison un veau né dans les champs. Jean-François Millet, 1864. Huile sur toile, 100 × 81.1 cm. (Collection du mémorial Henry Field - © Art Institute de Chicago - Domaine public – www.artic.edu)


Stéphane William Gondoin

Extrait Patrimoine Normand n°120
Par Stéphane William Gondoin.

 
Dernier vestige du monument signé Alphonse Marcel-Jacques élevé en hommage à Millet en 1898. Il se trouve à l’entrée du hameau de Gruchy. (© Stéphane William Gondoin)
Dernier vestige du monument signé Alphonse Marcel-Jacques élevé en hommage à Millet en 1898. Il se trouve à l’entrée du hameau de Gruchy. (© Stéphane William Gondoin)

Né dans la presqu’île de la Hague en 1814, l’enfant du hameau de Gruchy est à juste titre considéré comme le peintre par excellence de la vie paysanne. Cette œuvre magistrale réalisée en 1864, a rejoint les collections de l’Art Institute de Chicago. Et ce n’est pas un hasard !

Millet s’installe dans la commune de Barbizon (Seine-et-Marne) en 1849, en lisière de la forêt de Fontainebleau. Là il reçoit la visite de quantité d’artistes venus exprès des États-Unis pour le rencontrer. Citons William Morris Hunt, qui achète Le Semeur (aujourd’hui conservé au Museum of Fine Arts de Boston) au Salon de 1851, et William Perkins Babcock. Ce dernier demeurera son ami jusqu’à la fin de ses jours, au point de lui servir de témoin à son mariage avec Catherine Lemaire, le 12 septembre 1853, mais aussi de venir déclarer son décès à la mairie de Barbizon, le 20 janvier 1875. Très tôt appréciées outre-Atlantique, les œuvres de Millet seront nombreuses à traverser l’océan.
 

Pour le meilleur et le pire

Ainsi la superbe toile intitulée Des Paysans rapportent à leur maison un veau né dans les champs, sélectionnée en compagnie de Bergère avec son troupeau (aujourd’hui au musée d’Orsay) pour le Salon de 1864. La Bergère remporte un franc succès et reçoit des louanges quasi unanimes, à l’image de ceux que lui décerne Le Petit Journal : « Tout le monde le savait, ou du moins le soupçonnait depuis longtemps : ce Jean-François Millet, peintre fermier, demi-paysan qui vit au fond des bois avec une nombreuse famille et redoute le voyage de Paris par atta...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • Site-web © PATRIMOINE NORMAND - 2011-2022
Patrimoine normand