Patrimoine normand

La vallée de Bresle - sur la route du verre

Lundi 11 Juillet 2011
La vallée de Bresle - sur la route du verre

Au premier plan : pièces réalisées par M. Hervé Quénu ; en arrière plan : vue générale de la 1ère salle du Musée de la Verrerie de Blangy-sur-Bresle. (© Photos Raymond Devaux)


Raymond Devaux

Extrait Patrimoine Normand n°78
Par Raymond Devaux.
 
Le manoir de Fontaine à Blangy-sur-Bresle, abritant le musée de la Verrerie. (© Raymond Devaux)
Le manoir de Fontaine à Blangy-sur-Bresle, abritant le musée de la Verrerie. (© Raymond Devaux)

C'est probablement à l'époque gallo-romaine qu'apparaît la fabrication du verre, dans la vallée de la Bresle. Il est incontestable que cette région offrait aux Maîtres de verreries, tous les éléments indispensables à leur implantation, en tant que matières premières, matériaux pour la construction des fours et l'élévation de leurs industries.

Ils bénéficiaient des facilités que leur accordaient les Comtes d'Eu pour s'implanter : les bois pour bâtir les verreries et chauffer les fours à fondre le verre, le sable extrait sur place, élément de base de la composition du verre, 70% environ, qui de nos jours provient de Milly-la-Forêt (Essonne).

La coupe des fougères, que l'on ne pouvait opérer qu'en juin, donnait après incinération le carbonate de sodium et la potasse, un fondant qui abaissait le niveau de fusion du verre ; les coteaux crayeux fournissaient la chaux, un autre élément indispensable à la composition. On trouvait dans les régions de Forges-les-Eaux, Gournay-en-Bray, Saint-Samson-la-Poterie, la glaise (terre réfractaire) pour la conception des creusets ou pots, et la fabrication d'une multitude de pièces qui, assemblées entre elles, permettaient la construction d'un four.

D'après les écrits, l'implantation de la première verrerie date du début du XVe siècle, elle fut érigée à Saint-Martin-au-Bosc, dans le canton de Blangy-sur-Bresle.

À cette époque, elles étaient édifiées en Forêt d'Eu. Leur installation était sommaire et les fours itinérants. Elles ne produisaient que le temps d'une réveillée (8 à 9 mois), et après cette période, on réparait le four, ou simplement on reconstruisait la verrerie en un autre lieu, puisque l'on avait épuisé les matières nécessaires à son bon fonctionnement.

 

Deux types de verrerie

Les grosses verreries produisaient essentiellement du verre plat à vitre (dit à boudine ou à férule), dont la découverte est attribuée à un membre des quatre grandes nobles familles verrières, qui ont été pratiquement à l'origine de toutes les verreries de Normandie : les Bongard, Brossard, Le Vaillant et Caqueray ; ce dernier avait mis au point cette technique à la verrerie de Bézu-la-Forêt (près de Lyons) dès 1330. Ces mêmes gentilshommes verriers étaient aussi autorisés à produire de la bou...

 

Il vous reste 90 % de cet article à lire.




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022
Patrimoine normand