Patrimoine normand

Château d’Ivry-la-Bataille : reprise des recherches

Jeudi 31 Janvier 2008
Château d’Ivry-la-Bataille : reprise des recherches

Ruines du château d’Ivry-la-Bataille, émergeant de la végétation. (© Association Les Vieilles Pierres)


Dominique Pitte

Extrait Patrimoine Normand n°63
Par Dominique Pitte avec la collaboration de Robert Baudet et Philippe Bisson.
 
Le châtelet d’entrée, défendant au nord l’accès au château. (© Didier Faure)
Le châtelet d’entrée, défendant au nord l’accès au château. (© Didier Faure)

Après vingt-cinq ans d’interruption, les fouilles archéologiques vont reprendre sur le site du château médiéval d’Ivry-la-Bataille. Protégée en tant que Monument Historique depuis 1990, la plus vieille forteresse de pierre conservée en Haute-Normandie (érigée vers la fin du Xe siècle) est aujourd’hui considérée par les chercheurs comme une référence au niveau international. De nombreuses questions restent cependant attachées au monument : elles concernent autant ses origines que son évolution au cours des siècles. C’est pour répondre à une partie de ces interrogations que des investigations sont programmées dans les années à venir.

Rappel historique

L’origine du château d’Ivry se confond avec celle de la Normandie. Entre l’Epte et l’Avre, qui servent de frontière orientale au duché depuis le traité de Saint-Clair-sur-Epte, la Seine et l’Eure constituent deux axes de pénétration vers Rouen ; par sa position, Vernon est naturellement chargée de verrouiller le fleuve. La rivière est, quant à elle, contrôlée par Ivry, que viendra renforcer Pacy : à la fin du Xe siècle, la place sert de résidence à Raoul, frère du duc Richard Ier. Selon Orderic Vi­tal, c’est Albarède, femme de Raoul, qui commande à Lanfred l’édification de la forteresse ; l’architecte a acquis une grande réputation pour avoir construit le château de Pithiviers ; il aurait été mis à mort après l’achèvement de la Tour d’Ivry, afin qu’il ne puisse en faire de semblable ailleurs.

Bâtie à la pointe d’un plateau qui domine la vallée de l’Eure, la « fameuse Tour d’Ivry » (pour reprendre les termes d’une chronique médiévale) est au cœur de la lutte que se livrent, dans le courant du XIIe siècle, Plantagenêts et Capétiens. L’ouvrage est tenu directement par des membres de la lignée du comte Raoul : en 1177, Henri II prend possession de la forteresse ; lorsque Philippe Auguste s’en empare en 1196 (en vertu d’un traité de paix signé avec Richard Cœur de Lion), le château est aux mains d’un descendant de Raoul : Robert d’Ivry. Durant les XIIIe et XIVe siècles, la forteresse joue un rôle de second plan. Elle s’illustre en 1418 par sa résistance aux Anglais, avant d’être démantelée à la fin de la guerre de Cent Ans. Abandonnée progressivement, elle tombe dans un oubli presque total, tandis que ses ruines se couvrent de végé...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.


 




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2022
Patrimoine normand