Patrimoine normand

Crosville-sur-Douve

Samedi 1 Aout 2009
Crosville-sur-Douve

Située au-dessus du marais, au sud de la route reliant Picauville à Saint-Sauveur-le-Vicomte, le château de Crosville nous accueille par un portail double du XVe siècle dont la porte piétonne est surmontée d’un cartouche Renaissance autrefois décoré d’armoiries des seigneurs du lieu. Cette porte est aussi flanquée de bâtiments médiévaux mais, en arrière-plan, la masse majestueuse du « logis neuf » domine l’ensemble. (Photo Georges Bernage © Patrimoine Normand)


Georges Bernage

Extrait Patrimoine Normand n°71
Par Georges Bernage.
 
Château de Crosville. Belle tour du XVe siècle, ronde et élancée, dominant l’entrée, à l’angle sud-est de la cour fermée : fenêtre chanfreinée et fenêtre à meneau simple. La toiture est en «?pierre », couverte de laxxes de schiste typique du Nord-Cotentin. (Photo Georges Bernage © Patrimoine Normand)
Château de Crosville. Belle tour du XVe siècle, ronde et élancée, dominant l’entrée, à l’angle sud-est de la cour fermée : fenêtre chanfreinée et fenêtre à meneau simple. La toiture est en « pierre », couverte de laxxes de schiste typique du Nord-Cotentin. (Photo Georges Bernage © Patrimoine Normand)

En Cotentin, le château de Crosville est un site majeur pour l’animation touristique, un monument qu’il faut voir et revoir et, à l’occasion, où l’on peut festoyer…

Contrôlant la frontière méridionale de la Presqu’île du Cotentin en dominant la ceinture de marais, entre Beuzeville-la-Bastille à l’est et Saint-Sauveur-le-Vicomte, tout proche à l’ouest, il y avait là, déjà au XIe siècle, une maison forte, tenue par Raoul Boudet, chevalier qui partit en 1066 à la conquête de l’Angleterre, sous la bannière du duc Guillaume le Bâtard. Il décédera en 1097 et sera inhumé dans le chœur de l’église de Crosville. Son fils, Raoul II, s’illustrera aussi lors de la prise de Jérusalem, en 1099, lors de la Pre­mière croisade et il ne décédera qu’en 1132, fort âgé, après avoir été présent, avec autres barons normands, lors de la signature faite par Richard de Reviers à la fondation des chanoines de Né­hou, en présence de Henri Ier Beauclerc, duc de Normandie et roi d’An­gleterre. Quel destin pour ce père et ce fils, Hastings et Jérusalem, leur mémoire hante ces lieux qui revivent plus que jamais.

Nous avions déjà présenté le château de Crosville, dans le n° 16 de Patrimoine Normand, paru en août 1997. Son histoire avait été rappelée, marquée par ces deux seigneurs mais aussi par bien d’autres générations de Boudets portant le nom de Crosville à partir de la onzième génération, avec Jean III qui décède en 1443. À la quinzième génération, nous rencontrons Gilles de Crosville qui épouse le 8 novembre 1573 Gilonne du Mon­cel, héritière de ses parents, Jac­ques du Moncel et Renée Picot de Gouberville, qui était la sœur de Gilles de Gouberville. Il commandera la noblesse du Cotentin et participera au siège d’Amiens en 1597 ; la famille de Crosville prend alors de l’im...

 

Il vous reste 94 % de cet article à lire.




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023
Patrimoine normand