Patrimoine normand

L’improbable raid allemand sur Granville - 8-9 mars 1945

Mardi 20 Décembre 2022
L’improbable raid allemand sur Granville - 8-9 mars 1945

Les quais de Granville sont en feu. Granville, libérée le 31 juillet 1944. Pendant deux jours, les habitants de la ville voient défiler les troupes du general Patton. (© National Archives)


Hubert Groult

Extrait Patrimoine Normand n°124
Par Hubert Groult.
 
Après le débarquement du 6 juin 1944 et l’achèvement de la bataille de Normandie, les îles Anglo-Normandes, sans réel intérêt stratégique pour les Alliés, furent abandonnées à leur sort et se retrouvèrent coupées du reste du monde et de tout approvisionnement. Réduites à vivre en autarcie, elles connurent alors des mois de famine, jusqu’au premier passage du Vega, un navire ravitailleur de la Croix-Rouge, au mois de décembre 1944. Elles ne furent libérées qu’après la signature de l’armistice du 8 mai 1945. (© Éditions Spart)
Après le débarquement du 6 juin 1944 et l’achèvement de la bataille de Normandie, les îles Anglo-Normandes, sans réel intérêt stratégique pour les Alliés, furent abandonnées à leur sort et se retrouvèrent coupées du reste du monde et de tout approvisionnement. Réduites à vivre en autarcie, elles connurent alors des mois de famine, jusqu’au premier passage du Vega, un navire ravitailleur de la Croix-Rouge, au mois de décembre 1944. Elles ne furent libérées qu’après la signature de l’armistice du 8 mai 1945. (© Éditions Spart)

Le 31 juillet 1944, Granville est libérée de la botte nazie, et sans combats. Deux side-cars américains entrent dans la cité corsaire que les Allemands ont fuie. L’ennemi semble désormais loin de la ville. Et pourtant…

Des forces du IIIe Reich subsistent au large, dans les îles Anglo-Normandes de Jersey, de Guernesey, d’Aurigny et de Sercq. Et elles s’apprêtent à retourner sur Granville pour un baroud d’honneur.
 

Les îles Anglo-Normandes dans la guerre

Après la libération du petit port normand, les Alliés organisent un blocus de Jersey, et le charbon – qui permet le fonctionnement de la centrale électrique de l’île – tout comme les produits alimentaires finissent par manquer.

En décembre 1944, à Granville, des prisonniers allemands parviennent à s’échapper d’un camp créé par les Alliés. Ils sont quatre parachutistes et un aspirant de marine, qui s’emparent d’une péniche de débarquement américaine pour rejoindre rapidement les îles Anglo-Normandes. Accueillis en héros, ils indiquent à leurs compatriotes que dans le port de Granville on peut trouver des bateaux à quai en train de décharger du charbon. C’est une information de taille dans des contrées en pleine pénurie, où restent stationnées des garnisons de plusieurs milliers de soldats et de marins. À la tête des forces navales, le commandant de la forteresse de Guernesey est le Vizeadmiral Friedrich Hüffmeier, un nazi fanatique qui n’avait pas du tout été apprécié par l’équipage du Scharnhorst, un cuirassé coulé au large de la Norvège en décembre 1943, au cours de la bataille du cap Nord. Coincé sur ces îles en 1945, il a hâte de faire quel...

 

Il vous reste 92 % de cet article à lire.




Abonnement Patrimoine Normand

Partagez sur les réseaux sociaux

Catégories

Autres publications pouvant vous intéresser :

Commentaires :

Laisser un commentaire
Aucun commentaire n'a été laissé pour le moment... Soyez le premier !
Paiements sécurisés
Abonnement Patrimoine Normand

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes de Normandie  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023

ABONNEZ-VOUS À NOTRE NEWSLETTER :

  •  

     
  • PARTENAIRE(S) 

    Abbayes Normandes  France Bleu

NOUS SUIVRE

 Twitter Patrimoine Normand  

PRATIQUE

  • Le magazine PATRIMOINE NORMAND
  • est édité par les éditions Spart
  • © PATRIMOINE NORMAND - 1995-2023
Patrimoine normand